Vestiaire.ca



Please login or register.

Login with username, password and session length
Advanced search  

News:

Pages: 1 2 [3] 4 5 ... 10
 21 
 on: May 29, 2020, 08:28:26 AM 
Started by Pascal14 - Last post by Pascal14
Article complet avec graphiques

https://www.toutsurlehockey.com/44527/manchettes/tslh/REP/2020-05-29/est-ce-que-les-colleges-americains-sont-surestimes/

La suite d’une analyse

Au cours de la semaine passée, je vous avais partagé deux analyses qui m’avaient été inspirées d’une série de «Tweets » produits par Jokke Nevalainen de Dobberprospects.com. Ce dernier a prouvé, avec des données de repêchage de 2010 à 2017, que de plus en plus d’Européens sont repêchés par des formations de la ligue nationale. Les questionnements que m’ont inspirés ses conclusions concernent le taux de succès de cette modification de tendance. Est-ce que de repêcher plus d’espoirs venant du vieux continent en vaut la peine pour le futur des franchises.

Des conclusions intéressantes

Si on repasse rapidement mes conclusions jusqu’à présent on remarque que le taux de succès, c’est-à-dire les chances qu’un jeune repêché joue au moins un match dans la LNH, sont d’environ 50 % pour les ligues européennes. Certains circuits sont moins productifs que d’autres, tandis que la Liiga en Finlande affiche une réussite de 60 % de 2010 à 2015.

Du côté du Canada, on note, tel que Jokke l’avait démontré, une diminution du nombre de jeunes qui sont sélectionnés de ses ligues juniors. Pour le taux de succès, ça tourne autour de 50 % de 2010 à 2015. On a remarqué une légère réduction, mais elle n’est pas significative. C’est la ligue junior de l’Ontario qui présente le plus de succès avec 59 %.

Les États-Unis sous-estimés ?

Aujourd’hui, c’est du côté des États-Unis que nous allons nous pencher. Je couvre deux ligues ici. La USHL et toutes les ligues « Highschool » que j’ai incluses dans la même catégorie. Je vous rappelle que la base de données que je me suis construite comprend 2010 à 2019 pour le nombre de joueurs sélectionnés dans les repêchages amateurs de la LNH et de 2010 à 2017 pour le taux de succès.

Pour être considéré comme étant un succès, un joueur doit avoir été repêché par une équipe de la LNH et avoir joué au moins un match dans la grande ligue. C’est le seul critère que j’ai mis, car mettre des barèmes de matchs serait injuste pour les années plus récentes.
J’espère que les résultats que je vous expose seront piquer votre intérêt.

« Highschool »

Le graphique 1 nous montre que le nombre de jeunes venant des collèges américains est loin d’être en régression de 2010 à 2019. C’est tout le contraire qui se produit. De 2013 à 2016, on voit des années un peu faibles, mais depuis ce temps, le nombre ne fait qu’augmenter. Généralement, c’est 30 jeunes qui proviennent de ces circuits. Pour le taux de succès, il est en régression depuis 2011, passant de 55 % en 2011 à 34 % en 2015 et 9 % en 2017 (graphique 2).

USHL

Le nombre d’espoirs provenant de l’USHL est assez stable depuis 2010 (graphique 1). Les meilleures années ont été de 2013 à 2016 et depuis ce temps les choses se revenu à la normale avec autour de 25 joueurs par année. En regardant le taux de succès, c’est en régression depuis 2011, tout comme les collèges américains. Il passe de 76 % à 20 % de 2011 à 2017 (graphique 2).

Conclusion

Contrairement à ce qu’on a pu remarquer du côté du Canada, on a vu que pour les États-Unis, le nombre de jeunes n’a pas régressé au travers des années, loin de là. Le truc qui est intéressant est au niveau des années 2013 à 2016. Dans cette période de temps, les « Highschools » ont connu de mauvaises années, alors que l’USHL a connu ses meilleures. Le nombre de joueurs qui augmente est probablement dû au fait que les équipes ont un nombre limité de contrats dans leur organisation (50 contrats). Comme c’est connu, pour un jeune repêché des ligues juniors canadiennes, une équipe a 2 ans pour le signer avant de perdre ses droits. Pour l’Europe, c’est 3 ans et, pour les ligues des États-Unis, c’est 4 ans. Ça amène un préjugé positif envers les espoirs américains surtout pour les organisations qui repêchent beaucoup de joueurs par repêchage. Je m’attends à voir le Canadien piger beaucoup au pays de l’oncle Sam cette année en raison de cela.

Pour le taux de succès, c’est en constante régression depuis 2010. Je crois que c’est en raison du 4 ans de répit pour signer les joueurs. On peut croire que ce laps de temps permet aux formations de laisser leurs jeunes progresser plus longtemps dans les mineurs. Ce sont des ligues qui comprennent de nombreux « late bloomers ». Ils peuvent prendre 5 ou 6 ans avant de jouer leurs premiers matchs dans la LNH. Si on enlève de 2014 à 2017, le taux est au-dessus de 50 % pour l’USHL et d’environ 40 % pour les collèges. C’est tiré par les cheveux un peu comme explications, mais si vous êtes inspirés, partagez vos impressions avec moi. Peut-être qu’il ne s’agit pas d’une bonne option tout simplement. Néanmoins, même s’il y a une régression, l’USHL est très performante de 2010 à 2015 avec un taux moyen de 60 % (pour les « Highschools » c’est 38 %). Je vous mets un graphique du taux de succès moyen des deux ligues étudiées afin que vous ayez une vision de la réduction moyenne du taux de succès des États-Unis. De 2010 à 2015, c’est toujours au-dessus de 40 % et de 2010 à 2012, c’était plus de 50 % (jusqu’à 64 %).

Pour répondre à la question de mon titre, je ne pense pas que ligues américaines sont surestimées et je crois même qu’on n’a pas fini de les voir devenir une option pour les équipes de la LNH. Ce sera probablement au détriment des ligues canadiennes et ce sera ce qu’on va évaluer pour le prochain texte

 22 
 on: May 29, 2020, 08:24:35 AM 
Started by Glorinfeld - Last post by Abou Tencriss
1-08-  Cole Perfetti C gaucher 5 pi 10 185 lbs Canada OHL                61    37    74    111
2-13- Yaroslav Askarov G droitier 6 pi 3 176 lbs Russie KHL-VHL-MHL
3-21- Tyson Foerster C droitier 6pi 1 185 lbs Canada OHL                  62  36    44    80
4-31 - Helge Grans D droit 6 pi 3 195 lbs Suede SuperElit-Shl            27    4    23    27
5-42 - Zion Nybeck A-gauche-droit 5 oi 8 178 lbs Suede SuperElit-Shl 42    27    39    66
6-52 - Yan Kuznetsov D gaucher 6pi 3 201 lbs Russie NCAA                34    2    9    11    
7-61 - Alexander Pashin F gaucher 5 pi 8 160 lbs Russie MHL              37    17    22    39
8-73 - Daemon Hunt D gaucher 6pi 198 lbs Canada WHL                    37    17    22    39
9-82- Jaromir Pytlik C droitier 6pi3 201 lbs Czech Rep. OHL                56    22    28    50

Je suis très content de mon repêchage, 3 Canadiens, 3 Russes, 2 Suedois et un Czech

 23 
 on: May 29, 2020, 08:21:38 AM 
Started by Glorinfeld - Last post by Abou Tencriss
 Jaromir Pytlik

 24 
 on: May 29, 2020, 08:01:42 AM 
Started by Glorinfeld - Last post by sportyfreak109
Pas cool Ulysse de me volé Finley et Cotton (mon choix avec le 3ieme 2ieme choix du ch!).

80- Sam Colangelo
C'était mon choix à 81 ça 😂

Pick 81: Tristen Robins

 25 
 on: May 29, 2020, 06:22:32 AM 
Started by Omphalos - Last post by Omphalos
La bonne nouvelle du jour, en Espagne dans les 3 derniers jour, un seul décès par jour

 26 
 on: May 29, 2020, 06:19:47 AM 
Started by Omphalos - Last post by Omphalos




Source: https://www.worldometers.info/coronavirus/

 27 
 on: May 28, 2020, 09:43:18 PM 
Started by Glorinfeld - Last post by Glorinfeld
Pas cool Ulysse de me volé Finley et Cotton (mon choix avec le 3ieme 2ieme choix du ch!).

80- Sam Colangelo

 28 
 on: May 28, 2020, 09:42:54 PM 
Started by Glorinfeld - Last post by Scriptor
Ouin, je comprends ce que tu veux dire et j'adhère, mais déjà en temps normal avec le jeu des négos c'est pas toujours facile à voir entre la multitude de zones grises entre une confrontation contractuelle et une négo honnête, mais la dans les circonstances actuelles, avec et les joueurs et les équipes qui ne savent pas trop ce que sera la situation future pour le cap, et donc les revenus, tout le monde, équipe et joueurs, ont intérêt a attendre et voir venir...

Donc oui ont peut cibler, et oui je crois qu'il faut le faire, mais tâter le terrain ça c'est une autre paire de manches!!

On s'entend que c'était surement le plan de match pour Bergevin, pré-pandémie. Ses cibles préférées, il aurait voulu leur faire signer un nouveau contrat plus tôt que plus tard, surtout avec le grand nombre de contrats à renouveler (agent libres avec et sans restrictions).

Être DG, tu ne veux pas être forcé à réagir sur le tard à cause de contrats non renouvelés à la Markov ou Radulov.

Je ne veux surtout pas faire le procès de Radulov, Markov ou Bergevin (selon le camp envers lequel les fans veulent faire porter l'odieux du blâme) car ces discussions ont déjà eu lieux.

Je veux juste démontrer comment ces deux cas sont des exemples de situations que Bergevin ne voudrait surtout pas revivre.

De un, soit il perd des UFAs pour absolument rien en retour, ou il surpaye car il a le fusil à la temple et se voit peut-être forcé de faire signer des contrats de transitions à des RFAs qu'il aurait plutôt voulu signer à plus long terme. Il aurait peut-être voulu profiter des années sous le contrôle de l'équipe pour faciliter l'entente commune d'un salaire moyen (impact sur le Cap) qui aurait permis plus de manoeuvre pour aligner plus de talent quand les plus jeunes seraient venus à maturité.

Après, pour palier aux pertes, il se voit s'acharner maladroitement sur des agents libres mal évalués tel un Alzner -- Bon gars, bon joueur d'équipe, bon leadership, joueur avec réputation surfaite grâce à son partenaire de jeu, comme à la Komisarek qui évoluait avec Markov, le partenaire idéal pour rehausser sa valeur.

Maintenant, avec la pandémie, qui sait ce que les joueurs rendus agents libres voudront faire (avec ou sans restrictions)?

Certains, surement, voudront signer plus tôt que plus tard pour leur sécurité financière, même à moins qu'ils auraient peut-être mérité sur le marché des agents libres sans restrictions. Ces joueurs ne prendront pas la chance qu'il y ai une surenchère pour faire grimper la valeur du prochain contrat.

D'autres, pourraient se dire, "Tant qu'à faire moins que le marché dictait il n'y a pas si longtemps, je choisirai l'équipe pour laquelle je jouerai à rabais (relativement parlant) et ce sera une équipe favorite pour gagner la Coupe Stanley!"

Certains auront assez confiance en leurs valeurs pour tâter le pouls du marché quand même.

Peu importe le choix des agents libres, avec ou sans restrictions, attendez-vous, avec les montants records prévus en fiducie pour les joueurs, des contrats payés plus d'argent vers la fin que vers le début.

Ceci risque fortement d'affecter la durée des contrats, surtout pour les plus vieux agents libres sans restrictions. Les équipes ne voudront pas prendre le risque d'être prises avec des contrats trops onéreux (en vraie argent) pour des joueurs clairement en déclin en fins de contrats.

Avant la pandémie, c'était moins embêtant pour les DGs de donner un terme trop long d'une année ou deux avec les salaires déboursés payés en majorité pendant les années les plus performantes. Il y avait toujours la possibilité de rendre une transaction pour ces vénérables vétérans plus attrayante vers la fin de leurs contrats.

Pour les jeunes agents libres avec restrictions de talent -- qui s'apprêteront à signer leur deuxièmes ou troisièmes contrats -- les plus longs termes n'effraieront pas autant les DGs car ils seront plus sécurisés de voir leurs actifs rendre des bénéfices significatifs pendant la durée du contrat. C'est plutôt les joueurs qui ont démontré une tendance de vouloir rechercher de plus courts termes afin de pouvoir encaisser plus d'argent pendant leurs carrières en se positionnant pour devenir agents libres sans restrictions plus près de leurs 'primes'!

Tout ça pour dire que ce sera un 'no man's land' avec les prochains agents libres, cette année et l'an prochain, pendant que tout le monde analyse les résultats de l'hécatombe financière qu'aura crée la pandémie.

Ce sera à Bergevin de bien pouvoir démêler ce merdier mais, établir une certitude d'un point de vue 'hockey' pour son alignement et le maintiens de la structure de son 'Cap', devrait toujours être sa priorité.

À moins que Molson -- et surtout le groupe d'actionnaires qu'il représente -- soient plus frileux avec leurs 'pesos'.

 29 
 on: May 28, 2020, 07:08:34 PM 
Started by Glorinfeld - Last post by Patch
Ouin, je comprends ce que tu veux dire et j'adhère, mais déjà en temps normal avec le jeu des négos c'est pas toujours facile à voir entre la multitude de zones grises entre une confrontation contractuelle et une négo honnête, mais la dans les circonstances actuelles, avec et les joueurs et les équipes qui ne savent pas trop ce que sera la situation future pour le cap, et donc les revenus, tout le monde, équipe et joueurs, ont intérêt a attendre et voir venir...

Donc oui ont peut cibler, et oui je crois qu'il faut le faire, mais tâter le terrain ça c'est une autre paire de manches!!

 30 
 on: May 28, 2020, 06:58:12 PM 
Started by Glorinfeld - Last post by Pascal14
Bien content de mon mock

Jack Quinn
Anton Lundell
Jan Mysak
Lukas Reichel
Emil Andrae
Kasper Simontaival
Veeti Miettinen
Eemil Viro
Samuel Knazko

Un pro-euro. :))

8/9

Yep haha

Pages: 1 2 [3] 4 5 ... 10